Majorité libérale est plus probable résultat des élections de l'Ontario fil du rasoir maintenant .. avant le débat des chefs?

27 septembre 2011 | Par Randall Blanc | Catégorie: En bref

Avec débats la nuit dernière (français - ainsi en quelque sorte, en tout cas) et ce soir (anglais), et le vote réelle maintenant seulement neuf jours loin, vous pourriez penser que le résultat de l'Octobre 6 Election provinciale de l'Ontario est un peu plus clair qu'il ne l'habitude d'être. Et vous seriez au moins en partie raison.

Aussi récemment qu'en début du mois dernier, le Globe and Mail rapportait: " Ontario conservateurs détiennent 10 points d'avance à l'approche de l'automne des élections . "L'électorat provincial à ce point semblait toujours guidé par des souvenirs forts du 2 mai élection fédérale , lorsque les conservateurs de Stephen Harper a pris plus de 44% des voix de l'Ontario, par rapport à (en chiffres ronds) 26% pour les néo-démocrates, Jack Layton, et seulement 25% pour les malheureux libéraux de Michael Ignatieff.

Vers le milieu de ce mois-ci, cependant, il était devenu évident que la grande avance Tory initiale dans la politique provinciale de l'Ontario ne tenait pas. Le 14 Septembre je me alerter : «Avant de non-Tory partisans deviennent trop excité au sujet des titres tels que" les électeurs ontariens de tendance au [chef libéral et actuel premier ministre Dalton] McGuinty, sondage suggère »(Globe and Mail) ou« libéraux pouces devant conservateurs dans deux nouveaux sondages »(Toronto Star), ils pourraient vouloir envisager au moins" conservateurs en tête du peloton: Sondage "(surprise, surprise - dans le Toronto Sun)."

Moins de deux semaines plus tard, le vote pour les conservateurs de l'Ontario, Tim Hudak, demeure concurrentiel. Mais les libéraux du premier ministre McGuinty ont sans aucun doute rattrapé. Juste samedi dernier, le Toronto Star a annoncé que «l'Ontario se dirige vers un gouvernement minoritaire pour la première fois depuis des décennies avec les libéraux et les progressistes-conservateurs dans l'impasse, selon un nouveau sondage majeur ... Une enquête Forum de recherche de 40 750 personnes - l'une des plus grands échantillons de vote dans l'histoire politique canadienne - a les deux parties séparées par seulement 107 répondants, tenant chacun 35 pour cent. (14 064 ont dit qu'ils voteront libéral, tandis que 13 957 ont choisi les conservateurs.) Pendant ce temps, les néo-démocrates étaient à 23 pour cent et le Parti vert à 5 pour cent ".

* * * *

"Posté 13 SEPTEMBRE 2011 par Patrick LAMONTAGNE" au http://www.cartoonink.com/cartoons/.

Les perspectives de ce genre depuis un certain temps maintenant soulève rêves (certains diraient cauchemars?) De l'Accord de 1985 des libéraux-NPD, qui a finalement pris fin le long règne de 42 ans de l'ancien «Red Tory" dynastie Ontario progressiste-conservateur au parc de la Reine .

Je ne peux pas résister à noter que ma propre variation sur ce thème dans ces pages électroniques remonte au 25 Août, avec " Peut-être il y aura une «coalition» redouté en Ontario après Octobre 6 votez? "Pour les commentaires des médias plus récente d'intégrer voir Martin Regg Cohn dans ce passé Toronto Star de samedi: « Un acte d'équilibrage pour Andrea Horwath de NPD ... Jouer effarouché reste une stratégie risquée maintenant, comme les électeurs se interrogent sur ​​son prix pour étaiement un gouvernement minoritaire à l'Assemblée législative après octobre 6. "

Pendant ce temps, le Globe and Mail d'hier vedette encore une autre variation sur le thème de l'omniprésent Éric Grenier, en " cou-et-cou course que l'Ontario favorise McGuinty trois semaines . "dernière" agrégation pondérée des sondages les plus récents "de M. Grenier suggère que la plus mince de gouvernements majoritaires libéraux pourrait également allonger l'état latent dans les tendances actuelles. Cette voit les conservateurs de M. Hudak avec 35,4% de la province à l'échelle vote populaire, comparativement à 34,9% pour les libéraux de McGuinty et 23,4% pour les néo-démocrates de Mme Horwath.

Mais en raison de ce que l'estimable Graham Murray appelait «l'efficacité» plus du vote libéral, le scénario le plus probable générée par "ThreeHundredEight.com ... siège du modèle de projection" de M. Grenier donne les libéraux 55 sièges à l'Assemblée législative, comparativement à seulement 32 sièges pour les conservateurs et 20 pour les néo-démocrates. (Et, comme les fans de la arithmétique politique ultime souviendront peut-être, le strict majorité à l'Assemblée législative de 107 sièges actuelle est de 54.)

* * * *

Une très mauvaise performance par le premier ministre McGuinty en anglais le débat sur la langue de ce soir - et / ou de très bonnes performances par l'un ou l'autre ou les deux de M. Hudak et Mme Horwath - pourrait juste considérablement bouleversé ces tendances actuelles. Et comme un colloque de « huit des principaux sondeurs du Canada »à Ottawa la semaine dernière a souligné, le bilan 2011 de vote aux élections canadiennes elles-mêmes ont été jusqu'à présent beaucoup moins que parfait.

Ainsi, la prédiction la plus sobre et la plus sûre pour les 6 Octobre est maintenant aucun doute que le résultat est encore un grand point d'interrogation. (Sauf que il est peu probable que ne importe quel type de gouvernement néo-démocrate dirigé, à moins que les sondages actuels sont tout à fait spectaculaire mauvais Tim Hudak peut encore le vent comme un premier ministre conservateur de l'Ontario -.. Même si seulement brièvement, mais les électeurs de la province la plus populeuse du Canada sont pas tout à fait prêt à jeter leurs libéraux provinciaux à la mer, en faveur des néo-démocrates de Mme Horwath, qui semblent parfois presque autant contre les impôts que les conservateurs parfois pourpres mais presque toujours non-rouges de M. Hudak.)

La pièce d'Adam Radwanski dans le Globe and Mail de vendredi dernier, sur " Pourquoi ce ne est pas si mauvais si ce est le débat des dernières télévisées Ontario dirigeants , "pourrait prêter spectacle de ce soir un certain intérêt historique ainsi. Comme il rapporte: "Ce est un secret mal gardé que certains réseaux de télévision étaient réticents à consacrer un-et-un-demi-heure de prime time lors de la campagne de cet automne à un débat sans publicité entre les politiciens provinciaux. En fin de compte, le consortium des radiodiffuseurs - qui comprend CBC, CTV, Global, Sun Nouvelles du Réseau et TVOntario - se installe sur un emplacement de début de soirée neuf jours avant l'élection ... Mais les gens qui étaient proches des négociations ont spéculé que les réseaux ne seront pas jouer en même temps la prochaine fois. "

Je ne sais pas trop quoi penser de moi-même. D'un angle, il aide juste et encourage une personne ne l'est-vraiment-intéressé en Ontario-politique-plus scénario qui a eu une telle influence dans des endroits secondaires locales pour un certain nombre d'années maintenant. Et, comme au moins quelques autres dans la province aujourd'hui, je trouve cela désolant. D'autre part, la vision de l'avenir régionale en avant-dernier paragraphe de M. Radwanski peut faire plus de sens: "Libéré de l'étrange sorte de monopole qui existe actuellement, diffuseurs qui veulent réellement couvrir les élections en prime time - l'TVOntarios et CP24s du monde - pourrait essayer d'attirer les chefs plus souvent. Et les électeurs qui étaient intéressés à en apprendre plus sur leurs options auraient [a] une plus grande chance de le faire ".

* * * *

Quelque chose de cette vision peut avoir déjà arrivé à "la nuit dernière Premier Débat électoral en français à TFO "- l'incarnation française de TVOntario. Cette «première langue française débat électoral de l'Ontario" ne comportait pas les dirigeants des partis provinciaux, au moins en partie pour la bonne raison que tous ne sont pas capables de survivre un tel événement "entièrement en français.» (Le mois dernier, Tim Hudak " ne pouvait pas répondre à une question qui lui est posée en français . ») Au lieu du spectacle impliqué" représentants des trois principaux partis politiques de l'Ontario ... Gilles Bisson du Nouveau Parti démocratique, Jason MacDonald du Parti progressiste-conservateur et Madeleine Meilleur du Parti libéral , "bien animée par la journaliste Gisèle Quenneville TFO .

Ma propre capacité de comprendre les débats entièrement en français (sans la traduction instantanée fournie aux stations de langue anglaise aux élections fédérales) est au mieux rudimentaires. Mais je ne regarde plus de l'événement de la nuit dernière sur TFO. Et je pensais que ce était assez impressionnant. Merci aux merveilles de la technologie moderne, les réactions des téléspectateurs envoyés au site Web de TFO ont également été flashé par intermittence sur l'écran. (Et je lis habituellement mieux le français que je l'entends.) Je pense que je globalement d'accord avec le spectateur qui a insisté pour que Madeleine Meilleur (aka ministre de Dalton McGuinty, des Services sociaux et communautaires) a dominé l'action.

Récolte de betteraves de l'Ontario - de bonnes choses se développent, etc. Photo par Laura Berman, www.greenfusephotos.com.

Mais Gilles Bisson était certainement un digne adversaire. Et Jason MacDonald semblait le moins à l'aise en français, mais se leva pour son parti galamment néanmoins. (Il a été entravée ainsi, peut-être, par des rapports récents d'ailleurs que: "Tim Hudak a marché loin de francophones en Ontario, mais ce ne est pas quelque chose de nouveau au Parti PC ... Plus tôt ce mois-ci, M. Hudak a dit qu'il chercherait à couper Français services linguistiques pour atteindre son objectif d'économies et aider à combler le trou 14 milliards de dollars de sa plate-forme. ")

Il y avait aussi un débat Nord de l'Ontario la semaine dernière (en anglais), qui le premier ministre McGuinty a choisi de ne pas assister. (Voir, par exemple, " les dirigeants prennent visent à absente McGuinty dans le débat Nord de l'Ontario . ») Combien d'un problème cela peut se avérer pour les libéraux de McGuinty semble pas claire. Ils ont déjà un bilan de une certaine crédibilité dans le nord. Même si vous avez vécu dans la région, la seule façon vous pouvez regarder le débat était " en personne ou sur un web-casting . "Et la réalité démographique triste mais vrai, ce est que tout en Nord de l'Ontario prend la part du lion de la province de l'impressionnante la géographie moderne, il ne représentait que 6,1% de la population en 2010 , actuellement devrait baisser encore à 5,1% en 2026.

* * * *

«CKNX fournira la couverture des campagnes électorales provinciales en Ontario Midwest. Restez à l'écoute CKNX AM920 ... pour plus de mises à jour "élection de 2011 - à Huron Bruce, de Grey Bruce Owen Sound, et Perth Wellington.

Enfin, seul débat de langue anglaise de ce soir sur la télévision grand public-médias, 18h30-20h00, certains se demandent si l'un des trois principaux chefs de parti aura creuser sérieusement en ce que sont largement considéré dans certains milieux d'experts que le perspectives économiques et financières très sombres face province la plus populeuse du Canada dans l'avenir assez proche. (Voir, par exemple, " En Ontario, un refus de faire face aux réalités financières . »)

Le modérateur, Steve Paikin, animateur de l'Agenda de TVO - et / ou les «questions des spectateurs" qui jouera un rôle dans la structuration du débat - peuvent bien soulever une version de tout cela. Mais je pense que ce est juste moi naïf de se attendre à nos dirigeants politiques à répondre en détail. Et je ne vois pas cela comme tout ce qui importe soit.

La plupart de nous, simples électeurs ne comprennent déjà très bien que notre économie régionale et son cortège de finances publiques - ainsi que les différentes économies nationales et internationales dans de nombreuses parties du village planétaire de Marshall McLuhan - sont dans une certaine difficulté réelle. Et, dans la mesure où de tels jugements sont toujours possible, nous sommes capables de juger à quel point nos différents dirigeants politiques concurrentes pourraient réagir si et quand les choses deviennent très mauvais effet, en lisant entre les lignes de ce qu'ils se sentent à l'aise dans dicton publique dès maintenant .

(Dans le même temps, je ai aussi très d'accord que tous nos débats publics en 2011 serait plus raisonnable - et utile, si le courant interdiction de facto de parler en public sur l'augmentation des impôts pourrait en quelque sorte être levé ! de nos épaules collectives)

Imprimer, signet, partager ou buzz cette histoire:

  • Print this article!
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Reddit
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
Tags: élections de l'Ontario 2011 , les débats électoraux de l'Ontario , la politique de l'Ontario , les mythes d'imposition


Laisser un commentaire