Une faible lumière dans la forêt sombre de la réforme du Sénat canadien .. au moins du Québec de Jean Charest est pas "oppose à la modernisation du Sénat»?

1 juin 2011 | Par Randall Blanc | Catégorie: En bref

Premier BC Christy Clark dit Canucks de Vancouver aura la Coupe Stanley 2011 à cinq matchs. Et, oh oui, elle pense que le Sénat devrait probablement être aboli, mais qui est peu probable, et au moins un Sénat élu serait plus légitime de la population canadienne, etc. Quelle que soit, elle est sans aucun doute le plus mignon premier ministre au Canada aujourd'hui, provincial ou fédéral, bien sûr.

[Mise à jour]. Le sondage en ligne Globe and Mail sur "Est ce que le Parti conservateur engagé à réformer le Sénat?" (38% Oui 62% Non, à partir d'aujourd'hui) pourrait être interprété comme suggérant que seuls ceux qui ont voté pour le parti de M. Harper sur 2 mai croient encore à ses engagements publics sur ce front.

Pourtant, selon John Ibbitson dimanche dernier: «Les conservateurs vont introduire une législation en Juin qui apportera des changements les plus importants au Sénat depuis la Confédération, quelques semaines seulement après qu'ils ont été critiqués pour la nomination de trois fidèles Tory à la Chambre rouge ... Un nouveau projet de loi va imposer des limites à long terme sur tous les sénateurs, y compris ceux qui sont déjà dans la chambre; l'autre permettra aux provinces de tenir des élections pour les sénateurs lorsque des sièges deviennent disponibles ".

Le lundi, cependant, John Ibbitson et Rhéal Séguin signalé que: «Si Stephen Harper insiste sur l'approfondissement de la réforme du Sénat, il peut compter sur le gouvernement du Québec pour se battre contre lui tout le chemin à la Cour suprême ... D'autres avertissent que le plan du Premier ministre à permis l'élection des sénateurs qui siégeront termes fixes pourrait créer un patchwork de règles provinciales qui pourraient également être invalidées par les tribunaux ".

Alors ... vous pouvez le deviner que dans ce cas seulement ayant une majorité de sièges à la Chambre des communes du Canada à Ottawa, au dernier (et au Sénat encore non réformée du Canada aussi, bien sûr - mais voir le UPDATE à la fin de cette pièce pour la dernière sur ce front) ne va pas laisser PM Harper sortir avec faire exactement comme il lui plaît.

Tim Uppal, ministre d'État à la réforme démocratique, a déclaré préoccupations exprimées par certains gouvernements provinciaux sur les plans de réforme du Sénat du gouvernement Harper sont sans fondement. Photo par: Pat McGrath, The Ottawa Citizen.

Les sentiments de ce genre pourraient également être renforcée par la Presse canadienne hier déclarent que: "Trois provinces sont de conseiller le premier ministre Stephen Harper à oublier sur la réforme du Sénat et simplement abolir la chambre supérieure ... de l'Ontario, la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse disent au lieu d'introduire une législation fixer des limites au mandat des sénateurs et de permettre la tenue d'élections, la chambre dite de réflexion doit être fermée pour toujours ... Dans le même temps, le Québec est en garde il ira devant les tribunaux si nécessaire pour arrêter Stephen Harper de réformer unilatéralement le Sénat ... "

Et encore une fois, avant de céder à prononcer le cynisme et le désespoir sur les perspectives de changement sérieux au dernier au Sénat non réformé du Canada, noter la dernière partie de la première presse phrase canadienne d'hier sur la belle province (aka "pas une province comme le autres »):« Le Québec est en garde il ira devant les tribunaux si nécessaire pour arrêter Stephen Harper de réformer unilatéralement le Sénat, mais, contrairement aux trois autres provinces, il ne veut pas l'abolition du Sénat »(italiques, bien sûr)..

1. la réforme du Sénat qui aide finalement enraciner l'engagement du Canada fondateur à la survie et la vigueur de la majorité de langue française au Québec

Le ministre des Affaires intergouvernementales du Québec Pierre Moreau dit que le gouvernement fédéral seul ne peut pas réformer le Sénat, mais que, en prenant cette position du Québec ne conteste pas la modernisation de l'institution.

Pour plus de clarté, le rapport de la Presse canadienne poursuit: «Le lundi, le ministre des Affaires intergouvernementales du Québec, Pierre Moreau a dit que le gouvernement fédéral à lui seul ne peut pas réformer le Sénat, ajoutant cela doit être fait par un amendement constitutionnel, approuvé par au moins sept provinces» [ qui représentent également au moins 50% de la population du Canada à l'échelle]. Mais: "Moreau dit le Québec n'a pas objection à la modernisation du Sénat, mais a occupé la même position que les changements devraient passer par un amendement constitutionnel pour plus de 20 ans."

Pour ceux d'entre nous qui croient encore à une version réaliste de la réforme du Sénat pour renforcer les différentes marques de la représentation régionale pour un avenir canadien plus fort, il semble possible de détecter deux raisons au moins un léger optimisme dans ce rapport de la Presse canadienne.

La première est que la préoccupation de M. Moreau de souligner comment, à moins de Jean Charest gouvernement libéral du Québec ne veut pas l'abolition du Sénat, et n'a pas d'objection à "moderniser le Sénat," pourrait être interprétée comme une preuve que certains brin importante de l'opinion québécoise est ouvert à la perspective d'une réforme du Sénat du Canada comme «lieu logique dans lequel enchâsser expression législative ou parlementaire de l'engagement du Canada à la fondation la survie et la vigueur de la majorité de langue française au Québec."

Et si il n'y a rien du tout à ce genre de lecture, qui est certainement de bonnes nouvelles pour ceux d'entre nous qui croient que le concept de la réforme provinciale de la représentation qui fait sens pour le Québec - ainsi que les autres démographiquement grandes provinces du Canada (Ontario, Colombie-Britannique , et de l'Alberta) - est la clé de toute version sérieux et viable de la réforme du Sénat, d'une sorte qui pourrait en effet aider à renforcer l'avenir à long terme du Canada, à plusieurs égards plus que nécessaires.

Jean Chrétien (l) parle avec le premier ministre du Québec Jean Charest (r) pendant les discours d'ouverture de la réunion du Conseil InterAction à l'Assemblée nationale à Québec, le 29 mai 2011.

Ce ne comporte renoncer à l'un des "ES" dans le concept de réforme Sénat triple E dite qui promet la représentation égale des provinces, comme en Australie et aux États-Unis. Mais le Canada ne ressemble pas non plus l'Australie ou les États-Unis, à certains égards cruciaux.

De même, la représentation régionale plus forte et plus efficace dans le parlement fédéral canadien ne doit pas signifier la représentation au Sénat égal pour chaque province - de l'Île-du-Prince-Édouard avec 143,481 personnes, en Ontario avec 13,282,444 personnes, et y compris au Québec avec 7,942,983 personnes, dont la majorité parler le français comme leur langue maternelle. Ou, si vous voulez, juste combien sens pratique ne le concept Triple-E fait, dans une situation où la représentation égale des provinces signifierait que les six plus petites provinces, qui représentent moins de 14% de la population pancanadienne totale, ont une permanente réformée la majorité du Sénat?

Pacific Coast concept 2. Christy Clark, de l'abolition du Sénat, si nécessaire, mais pas nécessairement l'abolition de la réforme du Sénat?

Premier Nouvelle-Écosse, Darrell Dexter, est l'un des trois premiers ministres provinciaux qui conseillent le premier ministre Stephen Harper de simplement abolir le Sénat canadien. (CBC).

Le deuxième motif pendant au moins un léger optimisme dans le dernier rapport canadien de réforme de presse Sénat tourne autour de certaines réserves dans les vues de la Colombie-Britannique le premier ministre libéral, Christy Clark, sur l'alternative de simplement l'abolition de la chambre canadienne alléguée de «second examen objectif», a modelé une peu trop sur la Chambre des Lords britannique, de retour à la fin du 19ème siècle.

Comme le premier ministre libéral de l'Ontario, Dalton McGuinty, et la Nouvelle-Écosse NPD premier ministre Darrell Dexter, Mme Clark dit qu'elle croit «la meilleure façon de fixer le Sénat est de l'abolir.» Mais elle croit également que est «peu probable», et qu '"une Sénat élu "de la sorte, M. Harper tentera d'encourager avec son projet de loi qui" permettra aux provinces de tenir des élections pour les sénateurs lorsque des sièges deviennent disponibles "serait" au moins être légitime "aux yeux de la population canadienne.

Dalton McGuinty veut aussi juste pour voir le Sénat non réformé du Canada a aboli. (CTV).

Cette rhétorique Mackenzie King de la part du premier ministre Clark, à propos de l'abolition du Sénat, si nécessaire, mais pas abolir nécessairement la réforme du Sénat, pourrait aussi être lu comme la preuve que le gouvernement provincial BC pourrait finalement être préparé à l'autre avec les anges, sur un concept Sénat réformé de la province représentation qui fait sens pour le Québec - ainsi que les autres démographiquement grandes provinces du Canada.

Quelle que soit la vérité constitutionnelle peut être sur le cours de deux "étape par étape" projets de réforme du Sénat (et, pour ce que ça vaut, je me pensent qu'ils sont à la fois tout à fait à l'autorité unilatérale du Parlement fédéral), toute réforme du Sénat ultime de M. Harper concept qui change la représentation provinciale actuelle dans le soi-disant "chambre haute" ne sera certainement besoin d'un amendement constitutionnel, soutenu par sept provinces représentant au moins 50% de la population pancanadienne.

Premier BC Christy Clark et Stephen Harper ne voient pas exactement les yeux dans les yeux sur la réforme du Sénat. Mais cela signifie-t-elle ne soutiendrait pas un concept Sénat réformé de la représentation provinciale qui fait sens pour le Québec et les autres démographiquement grandes provinces du Canada, un peu plus loin sur la route? Photo: Jason Ransom / PMO.

Sur tous les chiffres actuels, la Colombie-Britannique, l'Ontario et la Nouvelle-Écosse - qui représentent ensemble pas tout à fait 55% de la population pancanadienne - pourrait bloquer toute modification constitutionnelle sur un concept Sénat réformé de la représentation provinciale qui fait sens pour le Québec - ainsi que les autres démographiquement grandes provinces du Canada. Mais l'Ontario et de la Nouvelle-Écosse par eux-mêmes ne pouvaient pas! Alors ... est le premier ministre Clark au moins essayer de tenir un futur Sénat de réforme porte ouverte dans une direction plus positive et progressive?

Bien sûr, bien sûr, etc, etc ... vous pouvez assez facilement dire que tout cela est simplement saisir les pailles. Mais quand vous êtes à la recherche pour tout type de lumière dans la forêt sombre de la réforme du Sénat canadien à l'heure actuelle, les pailles sont mieux que rien du tout.

Si le Sénat du Canada ont été effectivement jamais abolie, ce qui arriverait aux Sénateurs d'Ottawa?

M. Harper lui-même ne peut pas se soucient vraiment si ses deux nouveaux projets de loi (qui ont déjà échoué dans le 39ème et 40ème parlements du Canada) le faire à travers la 41e législature au dernier, seulement pour être repoussé par les tribunaux et les gouvernements provinciaux récalcitrants. Il peut juste être passant par les mouvements pour apaiser une partie importante de sa propre base politique. Pourtant, comme le professeur David Smith de l'Université de la Saskatchewan a dit John Ibbitson et Rhéal Séguin (écho le premier ministre Clark, dans une certaine mesure), le projet de loi conservateur majoritaire Harper à au moins se lancer sur une version de l'élection des sénateurs pourrait bien «attirer un large soutien public "parmi les simples Canadiens.

Professeur Smith poursuit: "Si il ya un accord sur le Sénat, il est que les gens ne sont pas heureux avec un Sénat nommé ... Les gens ne l'aiment pas. Il n'a pas une base démocratique. Ce serait une étape pour répondre à cette objection. Et ce serait un grand pas "et, en dépit de tout le reste, ce fait pourrait aider à construire un avenir canadien -. Surtout si, un peu plus loin sur la route, il ya aussi une certaine perspective sérieuse de poursuivre la réforme du Sénat, sur la base d'une concept de représentation provinciale qui consacre l'engagement du Canada à la fondation la survie et la vigueur de la majorité de langue française au Québec.

MISE À JOUR - "Réveillez-moi quand ce sera fini" ?: Eh bien, attendez une minute, ce juste, dans les pages de la Gazette de Montréal, 19h02 HE: "les sénateurs conservateurs rechignent à l'ordre du jour de la réforme du Sénat: sources."

Ou, plus exactement: «Le Premier ministre Stephen Harper a une majorité au Sénat, mais il ne peut pas avoir les chiffres afin d'avancer les réformes qu'il a prévu pour la Chambre rouge, Postmedia Nouvelles a appris ... Ce, disent les sources, est la vraie raison de la le gouvernement montre des signes qu'il est prêt à faire des compromis en prolongeant ses limites de terme pour les sénateurs de huit ans à 10 ou 12, et promettant une étude complète sur l'élection des sénateurs plutôt que l'adoption rapide de ses factures de paquet de la réforme du Sénat. "

La perspective que ce scénario peut se révéler exacte est assez pour me faire personnellement commencer déchirer mes cheveux - sauf à mon âge, je ne dispose pas de tous que beaucoup de cheveux à gauche, et je voudrais essayer de garder ce que je dois. La réaction la plus sensée si propre majorité conservatrice empilés de M. Harper dans le non réformé présente Sénat du Canada devait rejeter ses deux projets de loi de réforme du Sénat serait à l'effondrement sur ​​le plus doux tapis dans votre maison (ou appartement, bureau, centre de loisirs, etc.), dans de vastes tas de rire incontrôlable.

Si quelque chose de ce genre est ce qui se passe, alors les quatre prochaines années de gouvernement Harper majoritaire conservateur à Ottawa sera certainement pas commencer avec un bang mais par un gémissement. Et la seule stratégie rationnelle pour suivre la politique fédérale canadienne entre aujourd'hui et 19 Octobre, ici à 2015 sera vraiment «réveille-moi quand ce sera fini."

Imprimer, signet, partager ou buzz cette histoire:

  • Print this article!
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Reddit
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
Tags: politique canadienne, les grandes provinces canadiennes et la réforme du Sénat, la réforme du Québec et du Sénat, la réforme du Sénat au Canada


Un commentaire
Laissez un commentaire "

  1. Qu'est-ce qui se passera avec les Sénateurs d'Ottawa?

Laisser un commentaire